Le directeur de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Étranger (AEFE) a

dressé un rapide tableau de l’année scolaire 2017/2018 qui a été perturbée

par une baisse drastique du budget de l’Agence (-33 M€ en juillet 2017) alors

même que le réseau souffre de sous financement public et est toujours en

croissance avec environ 355 000 élèves (AEFE, MLF,… +1,6%).

Notre commission a entre autres traité du financement et de l'évolution

de ce réseau (500 suppressions de postes sur trois ans annoncées !), du

redéploiement, de la réforme des contrats et de la mobilité des

enseignants marquée par une récente note de service stricte venue sans

coup férir, de la contribution financière des établissements, du poids sans

cesse croissant des pensions civiles des personnels, de la sécurité des

emprises,... Des initiatives privées de création d’écoles françaises à buts

lucratifs se font jour également et doivent être analysées avec attention

surtout que le gel immédiat décidé soudainement par les services de l’État de la garantie de l’État pour tous les emprunts en vue des projets immobiliers actuels des établissements est profondément inquiétant et à ce jour sans issue.

 

La commission a envoyé aux conseillers consulaires, le 23 décembre 2017, un questionnaire sur l’avenir de l’Agence pour l’Enseignement du Francais à l’Etranger. Sur 442 conseillers consulaires, la commission a recu 95 réponses. Une analyse des résultats fait apparaitre que dans leur majorité, les conseillers consulaires sont très positifs sur le rôle de l’opérateur public et sur la qualité de l’enseignement délivré dans ses établissements.

Ils font part de l’environnement très concurrentiel dans lequel se trouve aujourd’hui l’enseignement du francais à l’étranger et d’une offre de qualité des établissements internationaux et/ou locaux.

La session de l’Assemblée des Français de l’Étranger s’est déroulée du 2 au 6 octobre derniers. Pendant ses travaux, la Commission de l’Enseignement, des Affaires culturelles, de l’Audiovisuel extérieur et de la Francophonie s’est en particulier penchée sur le budget de l’action extérieure de l’Etat (Programmes 151, 185 et 205), puis plus spécifiquement sur l’actualité et le budget de l’AEFE (Agence pour l’enseignement français à l’étranger) et sa composante dédiée aux bourses scolaires. La commission a également fait le point, en audition commune avec la commission des finances, du budget et de la fiscalité, sur les projets immobiliers de l’AEFE et les garanties de l’Etat, ainsi que sur le rôle de l’ANEFE (association nationale des écoles françaises de l’étranger). 

 

La session de l’Assemblée des Français de l’Étranger a eu lieu du 3 au 7 octobre derniers. Pendant ses travaux, la Commission de l’Enseignement, des Affaires culturelles, de l’Audiovisuel extérieur et de la Francophonie s’est notamment penchée sur le budget de l’AEFE (Agence pour l’enseignement français à l’étranger) et de son réseau et sur le budget des bourses, sur l’offre d’enseignement de la Mission Laïque, un autre opérateur scolaire majeur, notamment  hors d’Europe, et du CNED, spécialiste de l’enseignement à distance, opérateur de la politique numérique française dans le monde.

 

La Commission de l’Enseignement, des Affaires culturelles, de l’Audiovisuel extérieur et de la  Francophonie s’est réunie pendant la session de l’Assemblée des Français de l’Étranger du 14 au 18 mars. Ses travaux ont notamment porté sur l’information et l’accueil des lycéens du réseau français de l’étranger dans l’Enseignement supérieur français, sur le budget de l’Agence pour l’Enseignement français à l’étranger et de son réseau, notamment en Europe et sur le budget des bourses. Comme toujours, notre groupe Français du monde Écologie et Solidarité a été à l’initiative – et à la rédaction de 5 des 6 résolutions ou motions votées ensuite par la commission.

 

La Commission de l’Enseignement, des affaires culturelles, de l’audiovisuel extérieur et de la francophonie a souhaité faire le point sur les Ressources humaines dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger, en auditionnant la directrice de l’AEFE et son équipe, la mission laïque, la FAPEE et l’ANEFE mais aussi – pour la première fois dans l’histoire de l’AFE – l’ensemble des syndicats représentés au Comité technique de l’AEFE et aux Commissions consultatives paritaires centrales. De nombreux sujets ont été abordés et les débats ont été particulièrement riches : détachements, formation continue, plafond d’emplois de titulaires, statuts des personnels (expatriés, résidents, recrutés locaux, « faux résidents »…), indemnités spécifiques de vie locale.