"Monsieur le secrétaire d’Etat,

Monsieur le président,

Mesdames et messieurs, mes chers collègues,

Il y un an presque jour pour jour, le Président de la République, monsieur Emmanuel Macron,

s’exprimait devant notre Assemblée. La tonalité de son discours était alors de rassurer la

communauté française à l’étranger, en prenant devant nous un certain nombre d’engagements.

Un an plus tard, le groupe FDM-ES, pour rester courtois, souhaiterait vous faire part de sa vive

déception.


- Après un gel des crédits de l’AEFE de 33 millions d’euros en cours d’exercice budgétaire 2017,

situation qui avait provoquée un vif émoi, le Président de la République s’est voulu rassurant et

a pris devant l’AFE un engagement solennel : à la 20ème minute de son discours, il déclare que

le budget de l’AEFE sera sanctuarisé à son niveau de 2017 avant le gel des crédits. Dès lors,

quelle ne fut pas notre surprise mercredi dernier quand nous avons découvert le PLF 2019.

Non seulement le budget des bourses scolaires est en diminution de 5 millions d’euros, mais en plus contrairement aux engagements présidentiels, le budget de l’AEFE sera en diminution cette année de 3,69%. Drôle de conception de la sanctuarisation ! Nous savons que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent, et il n’est pas rare de voir les promesses de campagne emportées par l’exercice du pouvoir. Il est plus dommageable en revanche de venir s’exprimer devant des élus, et de ne pas tenir parole. Assez ironiquement, nous avons reçu ce matin une info lettre des conseillers consulaires En Marche très sobrement intitulée « on le dit on le fera ». Force est de constater que pour le Président de la République nous sommes plutôt dans « je dis et je ne fais pas ».

Monsieur le Ministre,

 

Cher Matthias,
 

Le groupe Français du monde Ecologie et Solidarité souhaite vous remercier de votre présence constante et de votre écoute attentive auprès des élus des Français de l’étranger et plus largement des communautés françaises à l’étranger.

 

Nous saluons l’action du gouvernement français qui a introduit des avancées majeures contre la planification fiscale agressive des entreprises notamment dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations dites du projet BEPS de l’OCDE.

Lors de la dernière session de l’AFE qui a eu lieu du 3 au 7 octobre 2016, les Présidents des Groupes de l’AFE ont été invités à s’adresser au Ministre Matthias Fekl. Voici le texte du discours de Mehdi Ben Lahcen, président du groupe « Français du monde, écologie et solidarité ».

 

Monsieur le ministre,

Nous sommes aujourd’hui le lundi 3 octobre, lundi noir pour les femmes polonaises et pour nous tous, solidaires de leur cause. Nous nous sommes habillés en noir aujourd’hui pour marquer notre indignation face au vote du parlement contre le droit à l’avortement.

 

La loi « Sauvons les femmes » qui a été proposée par la gauche polonaise et qui s’apprête à être rejetée, en revanche, se proposait de légaliser l’avortement et surtout ; de mettre en place des mesures sur les droits sexuels et la santé reproductive, l’éducation, la contraception, et la prévention.